7 signes qui montrent que votre foie est malade

Déceler les maladies du foie : 7 signes qui ne trompent pas

Mis à jour le :

 - Article partenaire

Le foie joue un rôle capital dans notre santé, gérant des fonctions clés telles que la production de bile, la synthèse du cholestérol, le stockage du glucose, l’élimination des toxines et le traitement des globules rouges. Protéger sa santé et son fonctionnement est donc crucial.

Comment détecter une affection hépatique ? Les pathologies du foie, souvent asymptomatiques telles que la cirrhose, l’hépatite, la stéatose hépatique ou le cancer, sont difficiles à identifier. Toutefois, il existe des signes indicateurs d’un trouble hépatique, qui devraient vous pousser à consulter un médecin.

Cet article dévoile 7 signes révélateurs d’un foie en détresse, des manifestations évidentes comme le jaunissement de la peau et des yeux à des indices plus subtils tels que la fatigue persistante ou une perte de poids inattendue. Face à ces symptômes, une consultation médicale est impérative pour évaluer et prendre soin de votre foie.

1. Manifestations cutanées et visuelles: l’ictère

L’ictère est un indicateur clair d’une pathologie hépatique, visible par un jaunissement notable de la peau et du blanc des yeux. Cette coloration est causée par la bilirubine, un pigment produit lorsque les globules rouges se décomposent.

Habituellement, la bilirubine est filtrée par le foie et éliminée dans la bile. En cas de dysfonctionnement hépatique, le foie peine à traiter cette substance, entraînant une augmentation de son niveau dans le sang et une décoloration jaune des tissus corporels.

Teint et yeux jaunes

Le jaunissement de la peau et des yeux est souvent le premier signe d’ictère, devenant perceptible lorsque le taux de bilirubine excède 2,5 mg/dL.

Initialement visible sur le blanc des yeux, le jaunissement s’étend progressivement au visage, cou, tronc et extrémités, l’intensité variant selon la cause et la durée de l’ictère.

Ce phénomène peut s’accompagner d’autres symptômes comme démangeaisons, fatigue, fièvre ou nausées. Les yeux et le teint jaunes signalent couramment une inflammation ou une obstruction hépatique ou biliaire, liée à une hépatite, cirrhose, calculs biliaires ou cancer du foie.

Décoloration des selles et urine foncée

La décoloration des selles et l’assombrissement de l’urine comptent parmi les symptômes révélateurs d’un ictère. Ces changements résultent de troubles dans le traitement de la bilirubine : en temps normal, la bilirubine traitée par le foie est évacuée via la bile, qui colore les selles en brun.

Lorsque le foie est défaillant, la bilirubine n’est plus correctement éliminée dans la bile mais plutôt dans le sang, puis filtrée par les reins et expulsée dans l’urine, provoquant ainsi des selles claires et une urine sombre.

Cette situation est préoccupante car elle peut également affecter les reins, surtout si elle persiste, ce qui pourrait amplifier les problèmes de reins préexistants ou en créer de nouveaux. Ces signes suggèrent généralement une obstruction des canaux biliaires, bloquant le flux biliaire vers l’intestin. Une modification de la couleur des selles ou de l’urine justifie une consultation médicale sans délai.

2. Troubles digestifs et métaboliques

Le foie est un organe central de la digestion, notamment en produisant la bile, essentielle pour décomposer et assimiler les graisses dans l’intestin.

Si le foie est affecté, sa capacité à générer ou à libérer la bile dans les voies biliaires est compromise. Ceci est à l’origine de dysfonctionnements digestifs et métaboliques, incluant une difficulté à digérer les aliments riches en matières grasses, un sentiment de lourdeur post-prandial, des ballonnements et une production exagérée de gaz.

Intolérance aux aliments gras et sensation de lourdeur

Des problèmes hépatiques peuvent se traduire par une incapacité à supporter les aliments gras et une impression persistante de lourdeur.

Ces symptômes résultent d’un manque de bile, rendant la digestion des graisses déficiente. Les aliments plus gras stagnent dans l’estomac, causant malaise et lourdeur, avant de passer dans l’intestin où ils fermentent, provoquant gaz et diarrhées.

Ces signes peuvent être révélateurs d’une stéatose hépatique, soit une accumulation de graisse dans le foie, potentiellement due à l’excès d’alcool, au surpoids, au diabète ou à des déséquilibres alimentaires.

Consulter un médecin s’impose si vous rencontrez ces difficultés et il est conseillé de modérer votre consommation d’aliments riches en graisses telles que les fritures, les produits charcutiers, les fromages, et diverses pâtisseries.

Ballonnements et flatulences excessives

Des ballonnements et un excès de flatulences sont également symptomatiques de complications hépatiques. Ces troubles découlent d’un déséquilibre de la flore intestinale, l’ensemble des bactéries qui facilitent la digestion.

Quand le foie est défaillant, il ne filtre pas correctement certains composants bactériens tels que les endotoxines, qui devraient normalement être neutralisés, passant dans la circulation sanguine et déclenchant des réactions inflammatoires au niveau intestinal.

Ce processus dégrade la barrière intestinale et bouleverse la flore, engendrant une surproduction de gaz, et par là, des ballonnements et des flatulences. Ces troubles peuvent indiquer une cirrhose, stade avancé de maladie chronique du foie entraînant fibrose et déformation de l’organe.

Il est donc recommandé de consulter un médecin face à ces symptômes et de prendre soin de son microbiote intestinal par la consommation de probiotiques, d’aliments riches en fibres et l’évitement de substances irritantes comme les épices fortes, le café ou l’alcool.

3. Changements corporels inattendus

Le foie a une fonction particulièrement importante dans la gestion des glucides, des lipides et des protéines, et est indispensable au métabolisme de l’organisme.

Lorsqu’il est atteint, il ne remplit plus correctement ces fonctions, ce qui peut se manifester par des changements corporels inattendus. Cela inclut un amaigrissement soudain et inexpliqué, un manque d’appétit, ou à l’inverse un gonflement abdominal et une accumulation de liquide dans le corps.

Amaigrissement soudain et perte d’appétit

La perte de poids rapide ou de l’appétit peuvent être des signaux d’alerte d’une atteinte hépatique.

Ces symptômes s’expliquent par la réduction de la production de protéines et de glucose par le foie, entraînant une dégradation musculaire et des baisses de la glycémie.

Ils peuvent également résulter d’une inflammation hépatique, qui peut provoquer nausées, vomissements et une sensation de satiété hâtive. Ces signes, notamment lorsque l’on parle d’amaigrissement et de perte d’appétit, peuvent indiquer une cirrhose en phase avancée ou un cancer du foie. Une visite médicale s’impose donc en cas de perte de poids inexpliquée et d’une baisse d’appétit.

Gonflement abdominal et rétention d’eau

En cas de dysfonctionnement du foie, l’un des symptômes les plus visibles est le gonflement de l’abdomen, accompagné d’une rétention d’eau.

Ces manifestations se produisent lorsque la pression dans la veine porte, chargée de transporter le sang vers le foie depuis l’intestin, s’intensifie à cause de la résistance que le foie malade oppose au flux sanguin.

En résulte l’accumulation de liquide dans le ventre (ascite) et dans les jambes (œdème). La présence de ces symptômes peut souvent signaler une cirrhose avancée ou une insuffisance hépatique grave.

Si vous constatez un gonflement anormal de votre abdomen ou un œdème sur vos jambes, vous devez consulter un médecin.

4. Douleurs et inconforts physiques

Positionné sous les côtes à droite, le foie est vital pour notre santé. Si le foie est affecté par une maladie, il peut causer des douleurs et une gêne notable. Ces symptômes incluent une douleur dans la partie droite sous les côtes, appelée hypochondre droit, ainsi qu’une sensibilité augmentée et une sensation de lourdeur dans cette même zone.

Douleur au niveau de l’hypochondre droit

Une douleur sous la cage thoracique droite est un symptôme commun de l’atteinte hépatique. Cette douleur peut être continue, lancinante ou vive, et changer en terme d’intensité et de durée.

Elle peut être déclenchée ou amplifiée par des mouvements, une pression, ou même la respiration, et peut s’étendre vers l’épaule droite, le dos ou la poitrine.

Les causes de cette douleur sont variées, incluant calculs biliaires, hépatite, infection de la vésicule biliaire, obstruction des voies biliaires, tumeurs du foie, ou cirrhose. La persistance ou le retour fréquent de cette douleur est un signal d’alerte qui nécessite une consultation médicale.

Sensibilité accrue et sensation de plénitude sous les côtes

Une sensibilité prononcée et une sensation de distension sous les côtes peuvent aussi signaler un trouble hépatique. Ces manifestations sont souvent le résultat d’un foie enflé (hépatomégalie) qui exerce une pression sur les organes avoisinants et la paroi abdominale.

L’hépatomégalie peut survenir à cause de diverses pathologies hépatiques chroniques telles que la cirrhose, la stéatose hépatique ou le cancer du foie.

Ces sensations peuvent être accompagnées d’autres symptômes comme une baisse de l’appétit, des nausées, de la fatigue ou une jaunisse. Tout changement dans la consistance ou la taille de votre foie devrait inciter à une consultation chez le médecin.

5. Troubles neurologiques et psychologiques

Le foie joue un rôle décisif dans la détoxification du sang en éliminant les éléments nocifs tels que l’ammonium, les endotoxines et l’alcool.

En cas de maladie hépatique, cette fonction essentielle est compromise, entraînant l’accumulation de toxines dans le sang et le cerveau, provoquant des troubles neurologiques et psychologiques.

Ces troubles se traduisent par une altération de la conscience, de la confusion, des changements d’humeur, et de la somnolence.

Altération de l’état de conscience et confusion

Une altération de l’état de conscience et une confusion marquée peuvent signaler un dysfonctionnement critique du foie.

Ces symptômes résultent d’une intoxication du cerveau par l’ammonium, un produit métabolique normalement transformé par le foie en urée et éliminé.

Lorsque le foie est défaillant, l’ammonium s’accumule, franchit la barrière cérébrale et perturbe le fonctionnement cérébral. Cette perturbation se manifeste par des difficultés de concentration, de mémorisation et de communication, voire des troubles comportementaux tels que l’agressivité, l’apathie ou l’euphorie.

En l’absence de traitement, ces symptômes peuvent évoluer vers le coma ou le décès. Souvent associés à une encéphalopathie hépatique (condition neuropsychiatrique liée à une maladie hépatique chronique ou aiguë), ils nécessitent une prise en charge médicale urgente.

Les traitements incluent la réduction de l’apport en protéines, la prescription de laxatifs ou d’antibiotiques pour limiter la production d’ammonium, ou une transplantation hépatique en cas d’insuffisance hépatique terminale.

Changements d’humeur et somnolence

Les variations de l’humeur et une somnolence excessive sont également indicatives de problèmes hépatiques, liés à des perturbations hormonales et du rythme circadien normalement régulés par le foie.

Ce dernier, en effet, participe à la synthèse et à la dégradation d’hormones telles que la mélatonine et la sérotonine, essentielles au maintien de notre cycle veille-sommeil.

Lorsque le foie est affecté, des déséquilibres hormonaux surviennent, pouvant se traduire par une dépression, de l’anxiété, de l’irritabilité, de l’apathie, ou des perturbations du rythme circadien comme la somnolence en journée et l’insomnie la nuit.

Ces troubles, qui peuvent impacter significativement la vie quotidienne et les relations sociales, sont fréquemment observés en cas de stéatose hépatique. La stéatose peut résulter d’une consommation excessive d’alcool, du surpoids, du diabète ou d’un régime alimentaire déséquilibré.

Il est fortement recommandé de consulter un médecin en cas de tels symptômes, et d’adopter un mode de vie sain, en limitant l’alcool, en privilégiant une alimentation équilibrée et une activité physique régulière.

6. Symptômes dermatologiques spécifiques

Le foie élimine les toxines, régule les hormones et synthétise les vitamines. Quand le foie est affecté par une maladie, ces fonctions sont compromises, entraînant des symptômes cutanés distincts, tels que les angiomes stellaires, les érythèmes palmaires, la décoloration des ongles, ou encore les varicosités.

Angiomes stellaires

Les angiomes stellaires sont de petites taches rouges en forme d’étoiles, résultant d’une dilatation des vaisseaux sanguins et souvent visibles sur le visage, le cou, le thorax ou les bras. Ces marques peuvent indiquer une maladie hépatique chronique telle que la cirrhose ou l’hépatite, en raison d’une augmentation des œstrogènes et d’une réduction des facteurs de coagulation par le foie. La présence de ces taches rouges sur la peau justifie une consultation médicale.

Érythèmes palmaires

Les érythèmes palmaires se manifestent par des rougeurs palmaires semblant révéler une brûlure. Cette inflammation, qui résulte d’une dilatation des capillaires sanguins, est généralement visible sur les deux mains, particulièrement aux bases du pouce et du petit doigt.

Ces symptômes peuvent signaler une affection hépatique chronique, due à des niveaux élevés d’œstrogènes et à une dégradation réduite des prostaglandines. Des rougeurs persistantes sur les mains sont une indication pour consulter un professionnel de santé.

Ongles blancs

Les ongles normalement rosés peuvent devenir blancs, à l’exception de leur extrémité qui demeure rose, en cas de pathologie hépatique. Ce phénomène, connu sous le nom d’ongles blancs, est lié à une réduction de la circulation sanguine dans la matrice unguéale et peut toucher les ongles des doigts comme des orteils.

Souvent associé à des troubles du foie tels qu’une cirrhose ou une hépatite, il est le reflet d’une production insuffisante d’érythropoïétine, de protéines et de vitamines par cet organe vital. Tout changement dans la couleur des ongles devrait être examiné par un médecin.

Varicosités

Les varicosités sont des veines visibles bleues ou violettes qui se dessinent sous la peau, en particulier au niveau des jambes. Elles résultent de l’élargissement et de la torsion des veines superficielles, témoignant d’une perte d’élasticité et d’une capacité réduite à faire circuler le sang.

Habituellement présentes sur les mollets, les cuisses ou les chevilles, elles peuvent aussi indiquer une maladie hépatique, causée par une pression accrue dans la veine porte en cas de pathologie du foie.

7. Signes généraux d’impact sur la santé

Le foie régule des processus vitaux tels que le métabolisme, l’équilibre hormonal, la coagulation du sang et la fonction immunitaire.

L’affection hépatique peut compromettre ces fonctions et induire des symptômes généraux tels que la fatigue prolongée, une sensibilité accrue aux infections et une faiblesse globale de l’organisme.

Fatigue persistante et faiblesse générale

Une fatigue continue et une sensation de faiblesse peuvent souvent être le reflet de problèmes hépatiques.

Ces symptômes peuvent provenir d’un apport insuffisant en énergie et nutriments essentiels au corps, provoquant une lassitude profonde, une perte de poids, de l’anémie ou de l’hypoglycémie. L’accumulation de toxines dans le sang qui perturbe le fonctionnement des organes et du cerveau peut également provoquer ces signes.

Une fatigue récurrente et une faiblesse entravant les activités quotidiennes peuvent signaler une affection hépatique prolongée, telle qu’une cirrhose ou une hépatite, ou aiguë, comme une intoxication ou une infection. Il est essentiel de consulter un médecin si ces troubles persistent même après repos.

Fragilité immunitaire et infections fréquentes

Une susceptibilité accrue aux infections est un autre indicateur de problèmes hépatiques. Cela peut résulter d’une défaillance de la réponse immunitaire, rendant le corps plus sujet aux attaques de micro-organismes pathogènes tels que les bactéries, les virus ou les champignons.

Le foie est un organe essentiel à l’immunité, produisant des protéines clés dans la défense de l’organisme, notamment les immunoglobulines et les cytokines, et en éliminant les antigènes et les cellules immunitaires épuisées.

Une déficience hépatique peut affaiblir ces mécanismes de défense, favorisant le risque accru d’infections. La fragilité immunitaire accompagnée d’infections répétées ou graves, comme les pneumonies, les sinusites, les cystites ou les candidoses, est souvent le signe d’une affection prolongée du foie, telle qu’une cirrhose ou une hépatite auto-immune, ou peut découler de traitements affaiblissant l’immunité, comme la chimiothérapie ou les corticostéroïdes. Une consultation médicale s’impose en présence de telles complications.

Le foie participe de manière déterminante au bien-être de l’organisme et remplit une multitude de fonctions essentielles. C’est pourquoi il est important de le préserver et de le maintenir en bonne santé.

Les troubles hépatiques peuvent être discrets et leur détection précoce est souvent compliquée, mais ils sont susceptibles d’entraîner de graves répercussions sur l’ensemble de l’organisme.

Heureusement, certains indices peuvent suggérer un dysfonctionnement hépatique, notamment des anomalies de la peau, des perturbations digestives, des modifications physiques, des douleurs, des atteintes neurologiques, des réactions épidermiques ou des signes globaux affectant la santé.

Si vous observez un ou plusieurs de ces symptômes, il est conseillé de contacter votre praticien. Votre médecin sera en mesure d’évaluer la santé de votre foie et de vous recommander un traitement approprié, qui peut aller d’un changement de mode de vie à une greffe de foie si nécessaire.